03-21-2009

8-L'ALPHA ET LES ROMEOS

La petite Alpha rouge décapotable était bien adaptée pour se glisser dans les rues de Greenwich village. L’entretien avait mis David de bonne humeur et il me parlait du Juge en jetant des regards furtifs dans son rétroviseur.


-« Joe m’a ouvert des perspectives sur la manière dont cette question était traitée par les américains, et puis il m’a aidé. Je ne dirais pas qu’il est comme un père, ce serait un peu exagéré, mais il est un soutien moral très actif... Son intrusion dans mon éxistence a complètement bouleversé ma vie mais assez ironiquement, elle a bouleversé la sienne aussi, du fait que mon histoire l’a marqué. Il en parle encore vingt ans après.

-Personne d'autre n'a essayé de te coincer ?

-Si, après la prison lorsque je suis revenu c’était le rêve des flics de me coincer. Et c’est encore le cas. A New York il y a un flic du nom de Bradley, un minable; il se donne des allures de play-boy. Il a des grandes photos dans les journaux, col ouvert, grand sourire ravageur... et il cherche la publicité… il doit rêver qu’un jour il va pouvoir arrêter une seconde fois le fameux faussaire. Il cherche la première page dans les journaux, et si il m’arrêtait demain ça ferait effectivement la première page des journaux.

-Sérieusement ?

-Il est très probable que je suis sous surveillance, ou qu’il fasse enregistrer mes conversations téléphoniques... Mais tout ça c’est beaucoup de bruit pour rien. Il ne peux rien contre moi, il est neutralisé. Maintenant je suis assez connu à New York pour pas avoir besoin de jouer au faussaire...moi, je vends des David Stein, et au grand jour en plus !

-… Dis-moi qu’est ce qui est arrivé au Juge Stone pour qu’il devienne ton avocat ? »

David se tourna vers moi. Ses lunettes noires lui donnaient soudain l’apparence d'un méchant mafieux.

Copyright Stéphane Korb 2009. Reproduction interdite sans autorisation écrite de l'auteur.

Posté par memoiresdartiste à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 8-L'ALPHA ET LES ROMEOS

Nouveau commentaire